Le système Elsevier vu des bibliothèques

par RM

Si le système mis en place par les éditeurs a pu se maintenir si longtemps, c’est entre autres parce que ce ne sont pas les utilisateurs directs qui payent. Les articles sont consultés par les enseignants-chercheurs alors que la gestion des abonnements se passe dans les bibliothèques. Un chercheur a besoin d’un article. Il exige que la bibliothèque de l’université soit abonnée à telle revue parce qu’il la juge importante dans son champ d’étude. Qu’au final, chaque consultation d’article soit revenue à 100 euros… parfois alors qu’il était déjà abonné par le CNRS ou une autre institution à laquelle il est affiliée ne le touche pas.

C’est pourquoi les articles suivants sont à lire pour comprendre la réalité du travail des bibliothèques avec les abonnements contractés chez les éditeurs. Comprendre leur cynisme et leur totale absence de scrupule… voire le caractère absurde du système.

Les éditeurs ont-ils perdu la tête ?

Les éditeurs ont-ils perdu la tête ? (Photo : böhringer friedrich CC-BY-SA / Wikimedia Commons)

Ils sont publiés sur le blog collectif de la bibliothèque numérique de l’université de Clermont-Ferrand, sous la plume de son conservateur Olivier Legendre (par ailleurs ancien chercheur au CNRS).

Il faut tout lire : c’est assez court, enlevé… et éclairant !

Advertisements